L’Avent, Deuxième épisode: Le vert baumier

Pour lire le premier épisode

On ne saura peut-être jamais qui des jeunes Beaupré s’était levé en premier ce matin-là en particulier, mais, vous pouvez me croire là-dessus, ils étaient tous bien enjoués à l’idée d’aller se chercher un sapin tout neuf. Les parents dormaient encore que déjà la douce jeunesse s’affairait partout dans la maison à préparer l’expédition. Est-ce que c’était Matisse qu’on voyait à la recherche de la sciotte, là à quatre pattes dans le carré à patates? Est-ce que c’était Calixte qu’on entendait préparer un sac de provisions, là bien enfoncé dans le garde-manger? Est-ce que c’était Claire, qu’on sentait occupée à trouver le bon boisé, là, sage comme une image devant une carte du village?

Toujours est-il que préparer une expédition c’est long, et il était juste passé midi quand les jeunes Beaupré finalement sont sortis. Le fond de l’air était froid, le vent venait de loin, et le ciel gris comme la misère annonçait qu’il allait neiger fort, c’était sûr. Matisse avait la sciotte accrochée sur l’épaule, Calixte portait un gros sac plein d’artifices et Claire traînait la grosse luge pour ramener le butin et ils ont commencé à descendre le rang vers le petit boisé du vieux bonhomme Sylvestre, c’était là que ça allait se passer, parce que c’était pas trop loin et que y’avait du conifère à ne plus savoir quoi en faire.

Claire : Il va être gros comment notre sapin?
Matisse : Jusqu’au plafond au moins.
Calixte : Avec un tronc gros de même.
Claire : Mais ça va être lourd, mes petits bras peuvent pas tirer ça.
Matisse : On se mettra sur la corde à trois.
Calixte : Ça va être encombrant, on aurait peut-être dû demander à un grand.
Matisse : On pourrait toujours demander à…
Claire et Calixte : Madelie Boisjoly!

Madelie Boisjoly, qu’on se le tienne pour dit, c’était la troisième voisine, la maison juste après les Lépine. Elle était grande Madelie, elle allait bientôt aller au secondaire. Mais surtout, c’est que ses ancêtres étaient des bûcherons et draveurs et voyageurs et coureurs des bois, c’était bien connu.

Et comme de fait sur ces entrefaites, les jeunes Beaupré sont arrivés devant la troisième maison en descendant le rang et la Madelie, comme par hasard si on veut bien le croire, était déjà dehors. « On s’en va chez le vieux bonhomme Sylvestre traquer le sapin, pourrais-tu nous donner un coup de main? » de dire Matisse, et « pourquoi pas, je m’en allais déjà faire un tour dans le bois » de répondre Madelie Boisjoly, et ils sont partis.

C’est pas mal à ce moment-là qu’il a commencé à neiger, presque rien au début, quelques petits flocons, rien de plus. Mais quand les bûcherons d’un jour sont arrivés au bois pour y courir, ça tombait plus sérieusement, même que Madelie Boisjoly a dit à qui voulait bien l’entendre « il va y avoir tempête, faut faire ça vite » et tout le monde a bien voulu l’entendre.

La forêt enneigée, on se le cachera pas, c’était très plaisant de s’y promener, surtout dans le temps de la Noël comme ce l’était là, on sentait qu’il y avait un petit, même un moyen quelque chose dans l’air qui créait une unique atmosphère, une sorte de fascination ambiante, un prestige envoûtant, un brin de magie. La chasse a commencé, les jeunes Beaupré allaient à gauche et à droite et en haut et en bas et sens dessus dessous.

Calixte : J’ai trouvé un sapin!
Madelie : Non c’est un pin.
Matisse : Ici j’en ai un.
Madelie : C’est un cèdre.
Claire : Là, regarde.
Madelie : Mais c’est une épinette.

Et le temps passait, mais le bon conifère, semblait-il, se trouvait être introuvable, alors que la tempête avait fini par trouver la compagnie. Ça venait d’être décidé que c’était fini et qu’il fallait rentrer quand un corbeau s’est envolé d’une pruche et a fait tomber de la neige en poussière sur la tête de Claire. En se secouant la tresse, elle a vu, de ses yeux vus un joli arbre jusque là resté inaperçu et son coeur a changé d’humeur parce c’était un sapin, comment en douter?

Ça pas pris sept minutes que Madelie Boisjoly avait confirmé l’idée, coupé le tronc avec la sciotte, déposé l’arbre sur la luge qu’elle s’était mise à tirer et que tout le monde sortait du bois du vieux bonhomme Sylvestre. Calixte s’est retourné pour dire au revoir à la forêt, et il a vu un ou deux animaux au loin, « des chevreuils ou orignaux » il a dit juste pour lui, mais il était sûr que c’était des rennes, il était prêt à gager cinquante cennes.

Sur le rang, ça ventait fort, le nordet était là et soufflait comme un dément, c’était même pas évident s’ils étaient sur la route ou dans le champ. Madelie Boisjoly a reconduit les jeunes Beaupré jusqu’à leur maison, ils l’ont remercié mille fois et elle est repartie dans la tempête vers la sienne, mais ils n’étaient pas inquiets pour elle.

Dans maison, ça pas été long que le bain a été rempli de linge plein de neige, et le père a rentré le sapin et l’a planté au salon pour sa décoration pendant que des chocolats chauds se buvaient. La mère a mis les lumières, Matisse les guirlandes, Calixte les boules et Claire les petits anges.

Puis finalement est venu le moment tant attendu d’illuminer le vert baumier fraîchement coupé. La famille Beaupré ensemble s’est rassemblée, et quand on a branché les lumières, au lieu de s’éclairer, la maison en entier s’est éteinte. C’est qu’exactement au même moment, je vous le jure, quelque part au loin, croix de bois et croix de fer, une branche était tombée, des fils avaient cédé et l’électricité était partie. On est allé se coucher en se disant « demain matin ça va bien être revenu », sauf que pendant la noirceur de la nuit, la panne était restée et la neige avait continué de tomber, tellement qu’au petit matin, le village était enseveli sous la neige.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s