Le pimbina, ce petit inconnu sur le bord du chemin

Voici un texte du Comité citoyen de Saint-Norbert, qui nous offre l'occasion de mieux connaître le fruit de la viorne trilobée, le pimbina!

Novembre. Déjà, les gelées ont fait sortir les tomates et les piments du jardin, ne restent que quelques carottes que l’on veut un peu plus sucrées ou quelques plants de kale dont on pourra profiter jusqu’à ce que la neige nous les rende inaccessibles. En bordure de route, un bel arbuste, dégarni de ses feuilles, tente d’attirer l’œil du curieux en s’entêtant à garder ses fruits rouge vif comme parure hivernale. La viorne trilobée (vibornum trilobum), communément appelée pimbina, a bien raison de vous faire ce clin d’œil à ce temps-ci de l’année, ses fruits sont à leur meilleur ! On dit en effet que les gelées automnales font augmenter leur taux de sucre ; ils sont alors prêts à passer à la casserole.

Le pimbina est un arbuste indigène qui peut mesurer jusqu’à 4 mètres. Ses feuilles trilobées ressemblent un peu aux feuilles des érables et virent au rouge foncé à l’automne. Au printemps, ses inflorescences sont composées de deux types de fleurs d’un blanc maculé : de petites fleurs fertiles au centre et de plus grosses, stériles, les entourant. Les fruits apparaissent pendant la saison estivale et sont un régal pour les yeux jusqu’à ce que le jardin soit endormi pour l’hiver. À ce moment, il est temps de les récolter !

Le goût des fruits du pimbina s’apparente à celui des canneberges sauvages. Bien qu’ils soient comestibles à l’état brut, bien des gens les préfèrent transformés. En coulis, en gelée ou encore en ketchup, le pimbina peut accompagner autant les tartines du déjeuner, les fromages du goûter que le gibier du souper. Vous manquez de temps pour l’apprêter lorsqu’il est temps de le récolter ? Congelez les fruits jusqu’au temps des fêtes, vous aurez peut-être un peu de temps pour transformer ces petites billes rouges en plaisirs gustatifs à faire découvrir à vos convives. Par contre, prenez soin d’aérer un peu la pièce pendant la cuisson du pimbina. Particulière, l’odeur dégagée pourrait déplaire à certains nez fins. Personne n’est sans défaut, n’est-ce pas ?

Ouvrez l’œil lorsque les arbres auront laissé tomber leurs habits resplendissants. Vous apercevrez peut-être ce petit inconnu sur le bord du chemin. Lorsque vous aurez acquis une certaine familiarité avec l’arbuste et aurez la certitude de votre identification, peut-être vous laisserez vous charmer par ses attraits flamboyants.

 

Formé à l’automne 2017, le Comité citoyen est un groupe qui aime mettre en œuvre des activités à valeur environnementale et encourager le partage au sein de la communauté.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s